Blue DME au Salon Big Data Paris 2018 : GDPR, prédictif, prescriptif et éthique

La nouvelle édition du salon Big Data Paris s’est tenue les 11 et 12 mars 2018 au Palais des Congrès. Beaucoup d’exposants, de conférences…

Blue DME était présent. Retours sur les sujets qui ont été évoqués lors de cette grande messe du big data : GDPR, prédictif et temps réel, prescriptif, et éthique.

La GDPR, la dernière ligne droite

Lors des conférences et des tables rondes, un des sujets les plus évoqués est bien entendu le nouveau règlement européen en matière de données personnelles (GDPR). Les grandes entreprises ont souhaité montrer qu’elles maîtrisent largement le sujet et sont prêtes pour le 25 mai 2018 (date où la GDPR entrera en vigueur).

Maître Olivier Iteanu, Iteanu Avocats, a présenté ces derniers conseils à ce sujet. Ces derniers mois furent le marketing de la peur avec la mise en avant des sanctions pour les entreprises ne respectant pas encore la GDPR, avec notamment une amende de 4% du CA. Il ne faut tout de même pas oublier que le 25 mai prochain n’est pas une date butoir. La CNIL a indiqué qu’elle indulgente. L’objectif final de la GDPR est de donner par la loi le contrôle aux utilisateurs.

Prédictif et Temps réel

Cette année les entreprises et start-up avaient un seul mot à la bouche : prédictif. Le Big Data est le secret pour créer de bonnes prédictions et c’est ce qu’on peut voir avec le cas de Credit.fr et Altares. Ils ont créé un système de scoring pour les aider à sélectionner les dossiers de TPE et PME. Cela leur a permis d’augmenter de 50% le nombre de dossiers acceptés et donc de passer de 22 millions d’euro à 34 millions d’euro de chiffre d’affaire sans dépenses marketing additionnelles. La Data Science est au cœur de cette réussite.

Le temps réel fut le deuxième point le plus abordé lors de ces deux jours de conférences. SAS a présenté Scisports, une start-up qui, grâce à des caméras placées autour d’un terrain de sport (football, football américain etc.), traquent la balle, les joueurs et peut les  reconnaître par leur numéro sur leur maillot. Cela permet de créer des statistiques sur les joueurs comme on pourrait retrouver dans un jeu tel que Football Manager. Des statistiques qui peuvent par exemple être utilisées pour connaître l’état de santé d’un joueur ou sa valorisation en cas de vente.

Aller plus loin avec le prescriptif

La tendance est maintenant au prescriptif. Des entreprises telles que Décathlon tendent à s’orienter non plus seulement vers le prédictif mais aussi vers le prescriptif. L’objectif n’est plus seulement de pouvoir prédire mais aussi de pouvoir proposer les prochaines bonnes actions à réaliser sur des campagnes marketing par exemple.

C’est le sujet que nous développons actuellement au sein de Blue DME. Nous avons présenté pendant le salon le concept du “Commercial Augmenté” appelé par le Gartner “Virtual Digital Sales Assistant”. Tony, notre collaborative bot personnalisé pour les commerciaux des entreprises B2C avec un cycle de vente long, utilise l’ensemble des données du parcours client online/offline et des données marché pour proposer les Next Best Action : appeler les bons clients au bon moment, changer le prix d’un produit ou service, inviter un ancien client à une journée portes ouvertes, etc. Le cas d’usage Smart Selling by Blue DME avec Renault India a été présenté sur le stand de Dataiku.

AI for Humanity – Mounir Mahjoubi

L’événement Big Data Paris s’est aussi déroulé quelques jours avant la publication du rapport de la Mission Villani “AI for Humanity” : les thèmes principaux concernant l’éthique, la transparence des algorithmes et la place de l’humain ont largement été évoqués. Ces éléments sont clés aussi pour Blue DME et nous y reviendrons dans un prochain article.